jeudi 7 septembre 2017

Merci!


Je tiens à remercier très chaleureusement la fondation des Treilles qui m'a récemment accordé un séjour supplémentaire de deux semaines  ce qui m'a permis de poursuivre la rédaction de mon nouveau roman dans des conditions idéales. J'y ai rencontré une fois de plus des gens formidables, entre autres Emmanuel Ruben, auteur en résidence actuellement, avec qui j'ai longuement échangé sur l'Europe et la littérature. J'ai pu me consacrer à mon travail dans le silence et dans un cadre d'une beauté rare où le temps m'a paru suspendu...

http://www.les-treilles.com/patrimoine-2/


septembre 2017



jeudi 18 août 2016

Je tiens à remercier très chaleureusement la Fondation Des Treilles dans les Var qui m'accueille en résidence d'écriture pendant tout le mois d'août. J'y poursuis la rédaction de mon actuel projet de roman que j'ai débuté au mois de mai à la Villa Marguerite Yourcenar. La Fondation des Treilles est un lieu magique entre montagnes, mer, cyprès et oliviers où l'on met à la disposition des résidents des conditions de travail idéales. Sur les photos on voit ma petite maison et la vue sur le massif des Maures.


dimanche 1 mai 2016

Villa Yourcenar

Un grand merci à la Villa Marguerite Yourcenar qui m'accueille à partir de demain au Mont Noir pour une résidence d'auteur pendant un mois. J'ai hâte d'y entamer mon nouveau projet de roman!

https://lenord.fr/jcms/pnw_6316/la-villa-yourcenar




dimanche 10 janvier 2016

Tant la vie demande à aimer

Chers tous,

J'ai le plaisir de vous présenter le film Tant la vie demande à aimer, du réalisateur strasbourgeois Damien Fritsch. Ce film documentaire dresse le portrait de quatre enfants atteints d’un polyhandicap. L’ambition de ce film est de poser un regard juste et sensible sur ce monde peu connu de la plupart d’entre nous. Il se trouve que j’ai participé à la réalisation de l’œuvre en jouant le père fictif d’un des enfants qui y apparaissent ; cette expérience a profondément changé mon regard sur l’univers du handicap. J’ai désormais une idée de la grande richesse intérieure de ces enfants que Damien a cherché à déceler et à rendre perceptible dans son travail.

Iskra, la maison de production de l’œuvre, vient de lancer un appel de participation afin qu’elle puisse faire son chemin dans les meilleures conditions. Je vous serais reconnaissant de consulter ce document.



Bien cordialement et avec mes meilleurs vœux pour 2016,

Nils

P.S : Le film sortira courant 2016

dimanche 13 septembre 2015

Site Web Quidam éditeur



Chers amis,

Les éditions Quidam viennent de renouveler complètement leur site web avec un très beau résultat à mon avis.

Je vous invite à découvrir ce site ainsi que la page qui présente mon premier roman, La Vie pétrifiée, paru à la rentrée de 2008.




jeudi 9 juillet 2015

L'aventure continue

Chers amis,

J’ai le plaisir de vous informer que je fais partie des lauréats de la Résidence de la Villa Marguerite Yourcenar 2016 ainsi que de celle de la Fondation des Treilles 2016. Je suis très content et j’ai hâte de réaliser le projet soutenu par ces deux prix !

http://www.les-treilles.com/

http://www.m-e-l.fr/fiche-residence.php?id=3

dimanche 28 juin 2015

Les yeux de Julien (extrait d'un manuscrit)



Des yeux bleus très clairs sous un front bien apparent – ce sont les yeux de Julien. Après mon entretien téléphonique avec mes beaux-parents nous sommes descendus au bar d’en bas boire un coca. Les ombres des pigeons effleurent le temps d’une seconde le sol courbé de la chaussée. Des particules microscopiques dansent dans les verres. Julien lève le regard.

« Tu es un garçon formidable », lui dis-je, et il dévie aussitôt ses yeux de mon visage. Une vague d’émotions m’envahit et je lui dis : « tu veux pas… tu sais, je t’ai toujours aimé, inconditionnellement. »
« Ça veut dire quoi ? »
« Absolument. Dans toutes les circonstances. Sans jamais soumettre mon amour à une condition. »

Il esquisse une moue crispée de la bouche, le regard dévie encore.

« Dès la première seconde je t’ai inconditionnellement aimé, de tout mon cœur. J’avais tellement souhaité que tu sois complet. Que rien ne te manque. Quand l’infirmière t’a sorti de la salle d’accouchement et t’a allongé devant moi sur une petite table, je t’ai examiné de haut en bas, les pleurs dans la gorge. J’ai tout vérifié, ta bouche, les oreilles, tes petites mains, ton zizi, ton nez, tout, tout. J’étais tellement obsédé par ce seul désir : que tu sois complet. Que rien ne te manque. »
« Qu’est-ce que tu racontes, papa ? »
« Tu ressembles un peu à Ronaldo, tu ne trouves pas ? »
« Qu’est-ce que tu veux me dire ? »
« Pas le Portugais, l’autre. On parle un peu moins de lui maintenant. Mais c’est vrai, tu lui ressembles. C’était l’un des meilleurs. Tu ne voudrais pas faire du foot ? »
« J’aime pas. »
« Tu pourrais essayer. Je t’inscris dans un club. Aux premières séances d’entraînement je t’accompagne. »
« J’aime pas, je te dis. C’est pas mon truc. »
« Essaye au moins. Parfois, quand on essaye, l’envie vient et tout change. »
« Quoi encore ? »
« Ou de la boxe ? »

Il a vidé son verre, s’est levé d’un geste abrupt.

« Attends. J’ai encore quelque chose à te dire. »
« Quoi ? »
« Tu vas passer quelques jours chez tes grands-parents. Ils t’attendent déjà. »